Covid-19 : le FMI recommande une taxe aux riches

C’est une décision qui prend en compte les particuliers et les sociétés. Elle a été pour réguler les inégalités croissantes. Et elle touche uniquement les riches. Cette recommandation du FMI qui est la deuxième après celle d’octobre portant sur une fiscalité passagère des revenus les plus importants. Cela dit que, seuls les gouvernements aidant pour la sortie de crise sanitaire sont autorisés. En manque de ressources pour continuer leurs missions, ils peuvent se pencher sur les entreprises qui ont le plus fait bénéfice pendant la pandémie en augmentant leurs impôts. Les détails dans cet article.

Fiscalité passagère sur les revenus

Ceci est une solution du Font monétaire international sur les inégalités en croissance économique. Cette recommandation aide bien les gouvernements qui militent pour l’éradication de ce virus qui secoue le monde. Puisqu’ils sont en baisse financière, cette initiative du FMI tombe à pic. En effet, il existe des structures, sinon des entreprises qui ont sérieusement profité de cette crise pour se faire d’énorme revenu, et pour les associer à aller contre le covid-19, le FMI en a vu juste.
Cependant, les gouvernements dans leur besoins financiers pour poursuivre leurs missions sur le plan sanitaire, ils doivent suivant l’imposition augmenter les impôts de ces dernières. Mieux, elle peut aussi embrasser les particuliers ayant les revenus les plus élevés.

Vaccination tous azimuts

De ce côté, le flux monétaire que va engendrer les vaccinations tous azimuts est une question qui inquiète. Victor Gaspar, le chef des affaires budgétaires met l’accent sur ce que pourrait générer en 2025 les plus de milles milliards de dollars de revenus fiscales en superflus si toutes les nations maîtrisaient cette crise le plutôt que prévu. En bref, cet avis se penche vers la production du vaccin. En réalité si les producteurs augmentent considérablement le nombre et que la pandémie prenait fin et déjoue les pronostics prévues, c’est qu’il y aurait de flux monétaire ainsi en a conscience la décision du Font monétaire International.
Cela permettrait aussi «d'économiser des milliards supplémentaires dans les mesures d'aide» aux économies, observe le FMI dans son rapport sur la surveillance budgétaire publié mercredi dans le cadre des réunions de printemps. «La vaccination est donc plus que rentable, car elle offre un excellent rapport qualité-prix aux fonds publics investis pour accélérer la production et la distribution mondiales de vaccins», commentent les auteurs.